Accueil du siteles bulletinsbulletin n°11 |     Plan du site                                                                 |contact|

bulletin n°11

Paru mi avril 2011

téléchargez le bulletin n°11 au format pdf

Sommaire

Yallah, yallah  ! Fissa, fissa  !

Ressources humaines
Retour sur la mobilisation contre la réforme des retraites
Jours de grève
C’est show avec la CGT  !
Automne-hiver 2010-2011  : mobilisation fébrile des populations européennes face à la «  rigueur  »...
Exploités énervés  !
La chasse aux pauvres s’accélère
Touche pas à nos allocs  !
LOPPSI et Cie  : augmentation du flicage des allocataires...
De la question du travail et du chômage

Paysannerie
Avant de cultiver la terre, cultivons-nous  !
Où en sont les discussions autour de la paysannerie  ?
Formalités administratives en bande organisée
Iboucs & technomoutons
Présentation du collectif «  Faut pas pucer (mémé)  »

Science & vie
A vos risques et périls
L’administration de la peur
Mortelle randonnée
Le vent nous porte sur le système
Lutter contre le gaz de schiste - Lutter contre le capitalisme
20 ans de luttes contre le TAV en Italie
Les avions ça s’écrase mais pas nous  !
Le quadrillage numérique des vallées cévenoles suit son cours

Au nom de la loi
LOPPSI 2 : Outils et méthode pour performer la guerre aux pauvres
L’empire nous attaque, épisode 2  : offensive à Babylone
Carnaval & Flicaille
Kaliméro sous le soleil, c’est quoi au zuste ?

Agenda
Infos Anti-autoritaires en Cévennes à l’Assaut des Montagnes
Solidarité avec les révoltés de l’incendie de la prison pour sans-papiers du Canet

 
Articles publiés dans cette rubrique
Yallah, yallah  ! Fissa, fissa  !
Libye, Jordanie, Maroc, Algérie, Bahreïn, Mauritanie, Irak, Iran, Soudan, Yémen, Djibouti, Tunisie, Égypte, Syrie… mais aussi en Grande-Bretagne et en Grèce (manifestations contre l’austérité tournant à l’émeute dans plusieurs villes) ou au Burkina‑Faso (émeutes pendant des semaines dans plusieurs villes du pays pour protester contre l’assassinat d’un collégien par la police)…  : la révolte gronde de par le monde. Comme d’habitude, certes, mais d’une manière assez exceptionnelle ces derniers mois… Aveugle et borné est celui qui n’en prend pas acte.
Même si les journalistes tentent de faire croire que les (...)

lire la suite de l'article
Retour sur la mobilisation contre la réforme des retraites
Depuis 2007-2008, on assiste à une extension de la crise  : crise du système bancaire, crise des finances publiques, krachs boursiers en avalanche touchent tous les pays industrialisés, des États-Unis à l’Europe en passant par l’Asie, les États du Golfe, etc. Ce que l’on dit moins, c’est que la crise économique est inhérente au système capitaliste qui, cycliquement, doit se restructurer afin d’optimiser ses performances et d’augmenter ses profits. Ces dernières années, ce processus s’est traduit, entre autres, par une accélération de la réorganisation du travail, avec le redéploiement à l’échelle mondiale (...)

lire la suite de l'article
Jours de grève
Attroupés autour d’une dense fumée noire, une vingtaine de délégués syndicaux en autocollants CGT bloque les accès du gros centre commercial de la ville d’Alès. Dans la même ville, des lycéens bloquent les accès de quelques établissements. De-ci de-là, quelques affiches proposent de «  taper là ou ça fait mal  » et, en quelques pictogrammes, lancent un appel à la grève de la consommation. Partout sur le territoire de l’État français, des prolétaires entrent en scène sous la direction des syndicats. Occupant usines, raffineries, bloquant quelques axes de circulation et défilant dans les villes, ils expriment leur (...)

lire la suite de l'article
C’est show avec la CGT  !
Il y a quand même foule ce jeudi d’octobre devant la mairie d’Alès, alors que les médias et le gouvernement veulent nous faire croire que le mouvement s’est essoufflé, en nous rabâchant que bon nombre de grévistes sont retournés au turbin, prisonniers de leurs crédits, qu’ils ont une famille à nourrir et que 3 semaines sans salaire c’est le début de la misère  ! Comme si nous n’étions pas assez confrontés à la réalité pour le savoir.
Près de 5000 personnes abasourdies par les DJ de la CGT , qui balancent de la techno en guise de bienvenue, sont venus manifester leur mécontentement tandis que les orateurs de la (...)

lire la suite de l'article
Automne-hiver 2010-2011  : mobilisation fébrile des populations européennes face à la «  rigueur  »...
Des plans de sauvetage d’une économie en crise sont mis en place partout dans le monde comme autant de tentatives de réguler la course folle du système capitaliste ou, à minima, de «  sauver les économies locales  ».
Les différentes mesures d’austérités, passées en bloc ou distillées au coup par coup, visent principalement deux objectifs. Le premier est de réorganiser les dépenses de l’État vers une logique de développement économique, le second de réduire le coût de la force de travail. Les États et les patrons des pays dits développés baissent les rétributions des travailleurs afin de préserver leur taux de (...)

lire la suite de l'article
Exploités énervés  !
Travailleurs contraints de trimer pour que les patrons puissent en recueillir les fruits, chômeurs à la merci des administrations voués à accepter n’importe quel travail précaire ou à se faire sucrer les vivres...  : quelque soit notre situation, l’État cherche à nous maintenir dans l’isolement et le cas par cas. Face aux institutions et aux patrons, il s’agit de prendre acte que la misère qui nous est faite est la même pour tous, qu’il ne s’agit pas de dossiers individuels, ni même de droits et de devoirs, mais bien des rouages de ce système d’exploitation. Dans le bassin d’Alès comme ailleurs, nous avons (...)

lire la suite de l'article
La chasse aux pauvres s’accélère
Nous sommes toujours plus nombreux à travailler pour une misère, à être licenciés, à être dans des situations précaires, à sortir de l’école sans perspective. Pour l’État et les patrons, il s’agit de payer toujours moins. Il s’agit «  d’austérité  ». Les conditions d’emploi se dégradent continuellement  ; et les administrations mettent une pression de plus en plus forte sur les chômeurs ou les personnes qui perçoivent le RSA. Les radiations sont de plus en plus fréquentes. Obtenir ses allocations est un parcours du combattant  ! Ainsi, chômeurs, travailleurs saisonniers, intérimaires, RSAstes, nous subissons leurs (...)

lire la suite de l'article
Touche pas à nos allocs  !
Quand l’État coupe les vivres des familles d’élèves adeptes de l’école buissonnière...
Depuis une ordonnance datant de 1959, le versement des prestations sociales est subordonné à l’assiduité scolaire des enfants pour lesquels elles sont versées. Dans les faits, cette mesure ne s’applique pas, pesant seulement comme une menace sur les familles. L’État recense néanmoins les cas d’absentéisme scolaire, d’autant plus facilement que, dans les salles de classe, l’appel est désormais géré électroniquement.
Le 29 septembre 2010, une nouvelle loi sur l’absentéisme scolaire est votée. Les directeurs d’écoles, collèges ou lycées doivent tenir au courant l’inspection académique des jours d’absence (...)

lire la suite de l'article
LOPPSI et Cie  : augmentation du flicage des allocataires...
La loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, votée le 8 février 2011, est un paquet législatif où l’on trouve de nombreuses dispositions confirmant l’offensive de l’État lancée contre les populations pauvres.
L’article 37 bis A s’attèle au flicage des allocataires de prestations sociales, qu’il s’agisse des allocations familiales, du RSA, des allocations logement, de la sécurité sociale, de l’ASS, de l’allocation chômage... Le prétexte utilisé est la lutte contre «  la fraude en matière sociale  ». Il s’agit dès lors de débusquer, de radier et de réprimer tous ceux qui (...)

lire la suite de l'article
De la question du travail et du chômage
Le problème n’est pas tant d’avoir du travail que d’avoir de l’argent. On crève autant de l’obsession de l’argent qui est dans notre tête que du manque d’argent dans nos poches.
La misère ne se traduit pas par la difficulté ou l’impossibilité de consommer, mais par le fait que nous n’avons d’autres choix que consommer  ; d’autres choix que de courir après l’argent pour satisfaire nos besoins  ; d’autres choix que passer sa vie dans la contrainte à la gagner  ; organiser sa vie autour de l’argent, sans lequel rien de grand, de beau, d’agréable n’est reconnu. Un monde dans lequel l’imagination et l’affectif dépendent (...)

lire la suite de l'article
Avant de cultiver la terre, cultivons-nous  !
Quelques considérations à propos des rencontres sur la paysannerie
La culture… un terme qui embrasse plusieurs sens, sur lesquels il est intéressant de revenir. De quelle culture parlons-nous, sinon dans un sens des plus anthropomorphiques  : la culture, dans sa connotation première, serait le propre de l’Homme, disons plutôt de l’espèce humaine.
Puisqu’en premier lieu nous parlons du travail du sol, il est donc question de la culture qui fait de l’homme un travailleur, et qui fonde son travail sur une modification de son milieu. De ce cultivateur qui colonise des étendues vierges, qui les viole du soc de sa charrue, et les abandonne à leur stérilité. De celui qui (...)

lire la suite de l'article
Où en sont les discussions autour de la paysannerie  ?
La première rencontre s’est tenue les 17 et 18 décembre à la Borie et avait pour objectif d’appréhender la paysannerie sous l’angle de son processus historique  : comment les groupes humains sont sortis progressivement de leur état de chasseurs-cueilleurs pour devenir cultivateurs et éleveurs  ? à partir de là, nous avons analysé l’évolution des modes de production en fonction des migrations, invasions et implantations de populations, en Occident du moins. Au vu de l’ampleur de la tâche, nous avons interrompu notre diaporama historique aux alentours de l’époque charnière de la peste noire (1348 – 1420), la (...)

lire la suite de l'article
Formalités administratives en bande organisée
Avec plusieurs amis de la région, qu’ils soient ou non agriculteurs, nous réfléchissons depuis quelques temps à un système de «  formalités administratives en bande organisée  ». En d’autres termes, quand l’un d’entre nous doit subir un contrôle administratif, s’il le désire, nous l’accompagnons - à deux, trois, ou à plusieurs dizaines. Cela peut simplement servir à être accompagné de témoins, ce qui a déjà un certain impact sur le rapport avec les agents, qu’il s’agisse de la CAF, du Pôle Emploi, de l’Inspection académique ou des contrôles en milieu agricole... La forme du soutien apportée par la bande est débattue (...)

lire la suite de l'article
Iboucs & technomoutons
Depuis juillet 2010, un règlement européen impose d’équiper tous les moutons et les chèvres  d’une boucle d’oreille contenant une puce électronique (RFID), qui permet d’identifier chaque bête à distance. Cette façon d’identifier les animaux est une manière d’informatiser le travail. Au nom de la modernisation, les éleveurs sont contraints d’investir dans des équipements coûteux et ingrats, qui tendent à industrialiser l’élevage. Peu à peu, le berger s’éloigne de ses bêtes et son travail perd son sens.
L’Europe, le ministère de l’agriculture et la filière industrielle justifient l’obligation du puçage par une (...)

lire la suite de l'article
Présentation du collectif «  Faut pas pucer (mémé)  »
Nous sommes un petit groupe, constitué d’éleveurs mais aussi de personnes extérieures aux professions agricoles, qui nous réunissons dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne depuis le mois de janvier 2010. Au milieu de l’hiver, nous nous sommes retrouvés dans un café, près d’une gendarmerie où avaient été convoqués des éleveurs qui refusaient de se soumettre à l’obligation de vacciner leurs bêtes contre la fièvre catarrhale ovine.
De cette discussion à (au) chaud sont sorties diverses initiatives, principalement l’organisation de réunions publiques. Ces réunions sont organisées indépendamment de tout syndicat ou (...)

lire la suite de l'article
A vos risques et périls
Du futur parc scientifique alésien à la gestion mondiale des catastrophes...
Le texte qui suit a été écrit au mois de janvier 2011. La catastrophe sismique et nucléaire d’une ampleur inédite qui se déroule actuellement au Japon, et dont les répercussions vont se ressentir à l’échelle de la planète, nous renseigne une fois de plus sur la manière dont les autorités cherchent à maintenir l’ordre en place dans ce genre de circonstances. Non sans cynisme, les experts et les nucléocrates, se drapant du masque de la transparence et de l’information en temps réel, tentent de faire croire que l’on peut contrôler l’incontrôlable, que tout reviendra à la normale avec des doses d’irradiation (...)

lire la suite de l'article
L’administration de la peur
de Paul Virilio, aux ed. Textuel, 2010. Extraits choisis.
Je crois que cette notion d’occupation au double sens physique et mental (la préoccupation) est capitale. Je crois que si j’utilise ce terme d’administration de la peur, c’est pour signifier deux choses. D’abord que désormais, la peur est un environnement, un milieu, un monde. Elle nous occupe et nous préoccupe. (…) Mais l’administration de la peur, cela signifie aussi que les États sont tentés de faire de la peur, de son orchestration, de sa gestion, une politique. (…) Ce mixte de domination technoscientifique et de propagande reproduit toutes les caractéristiques de l’occupation, physique et (...)

lire la suite de l'article
Mortelle randonnée
À Fukushima, le nucléaire vient encore de montrer de quoi il est capable, en matière de meurtre en gros et en détail. Bon nombre d’irradiés, en première ligne les liquidateurs, risquent déjà, aujourd’hui et dans le proche avenir, de crever de façon plus ou moins rapide et peu enviable. Sans parler des maladies et des malformations, mortelles ou non, qui apparaîtront plus tard, dans la région et au-delà des frontières du pays d’Hiroshima. Les mesures d’urgence prises pour tenter de différer, voire d’éviter, des conflagrations encore plus monstrueuses dans la centrale n’y changent rien, d’autant qu’elles (...)

lire la suite de l'article
Le vent nous porte sur le système
«  Le choix de la France est le suivant  : ce n’est pas le nucléaire ou le renouvelable, c’est le nucléaire et le renouvelable, les deux.  »
Nicolas Sarkozy, président de la République française, le 22 novembre 2007
Dans quelques coins de l’Aubrac, de la Margeride ou du nord du Gard (à Mons notamment où quelques graffitis n’auront pas épargné la mairie) se concrétisent des projets d’installations d’éoliennes industrielles, portés par des filiales d’Alstom ou de Suez notamment. Des champs de panneaux photovoltaïques ou des centrales à bois sont également construits ou prévus... Il y aurait sans doute beaucoup à (...)

lire la suite de l'article
Lutter contre le gaz de schiste - Lutter contre le capitalisme
La future prospection de gaz de shiste dans la région est un des sujets les plus présents dans les discussions au sein des comptoirs et chaumières cévenoles ces derniers mois. Les questions que soulève cette nouvelle lubie des industriels de l’énergie et de leurs faux ennemis écologistes, esquissées en partie dans le texte suivant, mériteraient d’être plus amplement creusées et pourraient l’être notamment dans le prochain bulletin...
D’un point de vue technique, tout ce qui était à dire sur le gaz et le pétrole de schiste a été dit, et si quelqu’un manquait de renseignements, tout est largement disponible (...)

lire la suite de l'article
20 ans de luttes contre le TAV en Italie
Treno alta velocità, TGV en Italie.
Qui dirige les bulldozers  ?
Bref résumé du contexte international
En 1986, les technocrates de Bruxelles constatent que, malgré leurs efforts pour le «  bon fonctionnement du marché unique  », «  le nivellement des disparités régionales et nationales au sein de l’Union Européenne  » n’est pas encore satisfaisant. «  Dès lors, l’interconnexion et l’interopérabilité des réseaux nationaux d’infrastructures sont apparues comme des facteurs-clés pour l’aménagement cohérent du territoire communautaire  » (source :Acte Unique Européen signé par les États membres le 17 février 1986 à Luxembourg, qui révise les traités de Rome (...)

lire la suite de l'article
Les avions ça s’écrase mais pas nous  !
A 20 kilomètres au nord de Nantes, autour de la commune de Notre-Dame-des-Landes, un aéroport international est en projet. Au 1er janvier 2011, le groupe Vinci est devenu concessionnaire du projet, dans le cadre d’un partenariat public/privé qui l’engage à construire l’aéroport d’ici 2017 et à l’exploiter pendant 35 ans, ceci pour la somme de 500 millions d’euros. C’est un tournant dans le projet après les 40 ans d’acquisition pour le Conseil Général de Loire-Atlantique des 2000 hectares de bocage concernés. La desserte routière de l’aéroport préfigure une sorte de 3ème couronne d’urbanisation autour de (...)

lire la suite de l'article
Le quadrillage numérique des vallées cévenoles suit son cours
Tout semblait parfaitement planifié pour réduire la «  fracture numérique  » dont souffrirait les Cévennes (lire «  Du quadrillage numérique en Lozère  », Bulletin de contre-info en Cévennes n°8). La plus grande partie des raccordements à l’Internet se fait en filaire (ADSL par les fils téléphoniques). Pour les «  zones d’ombre  », de nouvelles installations sont construites (273 «  armoires NRA / ZO  » sont installées). Et pour le reste, les solutions Wimax (ondes hertziennes) et par satellite sont préconisées. à terme, c’est la couverture totale du territoire qui est envisagée, avec, comme perspective, (...)

lire la suite de l'article
LOPPSI 2 : Outils et méthode pour performer la guerre aux pauvres
La Loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (LOPPSI) est un plan quinquennal (2009-2013) de gestion répressive de la société. Elle succède à la LOPSI, qui concernait les 5 années précédentes. Ces plans s’intègrent à toute une série de lois sécuritaires qui s’intensifient depuis 2001 en France (Loi sur la Sécurité Quotidienne, Loi sur la Sécurité Intérieure, lois Perben 1 & 2, Loi de prévention de la délinquance,... en tout 17 lois en moins de dix ans) et fleurissent partout en Europe et dans le monde.
Pour perdurer, le système économique a besoin de croissance. Cette (...)

lire la suite de l'article
L’empire nous attaque, épisode 2  : offensive à Babylone
Un peu d’agitation autour de la loi LOPPSI2. En quelques endroits, des individus se retrouvent et discutent du pourquoi, du comment, cherchant des moyens de contre‑offensive, puisqu’il s’agit bien d’une offensive de plus dans le cadre de la guerre sociale en cours qui reste, pour certains, impalpable voire irréelle. Cette guerre perfide que mène tous azimuts l’État contre les pauvres est une guerre sociale qui ne dit jamais son nom, une guerre de classe masquée d’actions sociales et de quelques pelletées de miettes, une guerre parfois silencieuse qui s’inscrit dans les habitudes de tous. Lovée dans (...)

lire la suite de l'article
Carnaval & flicaille
Le 8 mars dernier, Mardi-Gras. Montpellier a eu droit, comme d’habitude, à son carnaval. En l’absence d’organisation officielle, les médias se sont permis de lui affubler, depuis plusieurs années, divers adjectifs tels que «  alternatif  », «  anarchiste  » ou «  des gueux  ».
Sans surprise, la fête a été réprimée aux alentours de 22h30. Les courses-poursuites et échauffourées se poursuivant jusqu’aux alentours d’1h30.
Nous disons «  sans surprise  », car la répression de la vie nocturne à Montpellier est un vieux phénomène lié à la politique d’embourgeoisement du centre-ville, via notamment l’opération «  grand coeur  ». (...)

lire la suite de l'article
Kaliméro sous le soleil, c’est quoi au zuste  ?
Parce que le quotidien de ceux qui ne possèdent rien ou pas grand-chose consiste à survivre dans un monde où s’intensifient contrôle, exploitation et répression. Parce que, souvent, les griffes de la justice se referment sur ceux qui luttent contre ce monde capitaliste...
Plutôt que de rester isolés face à la police, aux tribunaux et au monde carcéral, il est nécessaire de développer des solidarités entre ceux qui sont confrontés aux offensives du système pénal.
Le collectif Kaliméro sous le soleil se propose d’aider financièrement les inculpés (envois de mandats mensuels aux prisonniers, prise en (...)

lire la suite de l'article
Agenda
Samedi 23 avril, à 19h, à la bibliothèque-infokiosque du 152, grand rue à Saint-Jean-du-Gard  : Rencontre sur l’Algérie hier et aujourd’hui.
Vendredi 29 et samedi 30 avril  : Cinquième rencontre autour de la paysannerie, sur le thème de «  l’arbre qui cache la forêt  ». Discussions, projections, contes, ateliers pratiques...
Dimanche 1er mai, à 19h, à la biblio du 152  : Soirée concert avec Raptou (slam) et Clodine Lou (chants solo a capella).
Lundi 2 mai, à la biblio du 152  : Discussion «  Nucléaire, gaz de schiste, énergies renouvelables...  : des politiques énergétiques à la gestion des nuisances  ».
Samedi 7 (...)

lire la suite de l'article
Infos Anti-autoritaires en Cévennes à l’Assaut des Montagnes
Iacam est une liste de diffusion, d’informations et d’analyses sur les luttes sociales dans les Cévennes et alentour. Elle doit être un outil pour acquérir plus d’autonomie dans nos combats. C’est un moyen de rompre l’isolement de chacun ou de chaque collectif et d’échanger nos pratiques et réflexions. C’est un outil d’information - parmi d’autres - pour contrer la propagande de la presse. Iacam est également autonome de tout pouvoir économique, politique ou syndical.
C’est un relais pour tous ceux qui ne se résignent pas, un relais pour la guerre sociale, pour combattre misères, exploitations et (...)

lire la suite de l'article
Solidarité avec les révoltés de l’incendie de la prison pour sans-papiers du Canet
Le 9 mars, la prison pour sans-papiers du Canet à Marseille est hors service suite à un incendie. C’est le lieu, appelé Centre de rétention administrative (CRA), où l’État enferme des gens (uniquement parce qu’ils n’ont pas de papiers) raflés lors de contrôles d’identité en attendant de s’organiser pour les expulser sous trente jours. Des retenus ont mis le feu à des matelas dans deux bâtiments différents. Les retenus, intoxiqués par les fumées, ont été emmenés à l’hôpital. L’un d’entre eux en a profité pour se faire la belle. «  On a été soignés, rapidement, légèrement, ce qui est normal aux yeux de l’État (...)

lire la suite de l'article