Accueil du siteles bulletinsbulletin n°10 |     Plan du site                                                                 |contact|

Articles publiés dans cette rubrique
On nous appelle « les paysans »
Nous sommes restés terrés à la campagne ou bien nous sommes partis loin du béton des villes.
Nous avons refusé d’être esclaves d’un boss..., mais nous sommes restés serviles car intégrés à ce système que l’on ne peut fuir.
Nous avons cherché un bout de terre, parce que nous n’étions pas (tous) nés avec. Toutes les terres sont sous le régime de la Propriété Privée. Il en est qu’elle délaisse et que le temps valorise pour la spéculation, d’autres qu’elle loue, d’autres qu’elle vend.
Nous avons signé de moches baux qui nous engagent à payer régulièrement cette terre que nous nourrissons et qui nous nourrit. (...)

lire la suite de l'article
Réunions publiques : À propos d’habiter...
Crise, citoyen, mobilisation générale, « sauver la planète », écologie, rentabilité, développement durable, Natura 2000...
ouaaaah c’est en train de muter, regardez !
Ça gonfle, ça enfle, ça grouille, ça a besoin de grandir, ça s’adapte pour être le plus fort, ça a l’air de renaître encore et toujours, mais ne nous fions pas aux apparences, les piliers sont toujours là, dedans, bien au chaud : la propriété privée, le travail, le patriarcat, le profit, la patrie, la hiérarchie...
Les réformes sont des mutations destinées à pérenniser le système et ses valeurs fondamentales. En apparence, c’est la paix sociale. (...)

lire la suite de l'article
Compte-rendu et remarques sur la promenade du 11 novembre 2009 dans le bois des Avenières
Nous avons proposé, le 11 novembre dernier, une promenade dans le bois des Avenières qui nous sera prochainement interdit d’accès. Il ne s’agissait pas pour nous de promener ou de conduire ceux qui avaient pris la peine de venir ce jour-là, comme c’est souvent le cas lors de manifestations. Nous voulions simplement que chacun pût se promener librement dans le bois des Avenières ou encore le découvrir. Nous espérions que des rencontres se produisent, que des discussions jaillissent, qu’une réflexion se crée et que des liens se nouent pour donner un nouvel élan à la contestation. Nous espérions aussi que (...)

lire la suite de l'article
Promenons-nous dans la filière bois
Une brochure au cœur de l’éco-développement des Cévennes
Le Capital cherche sans cesse de nouvelles possibilités de s’étendre. La « prise de conscience écologique » devient dès lors un alibi pour développer de nouveaux marchés...
Même si l’on continue à extraire pétrole, gaz, charbon et uranium, les énergies dites renouvelables, - parmi lesquelles le bois est en bonne place -, viennent s’ajouter à ces matières premières pour satisfaire l’appétit des industries et d’une consommation frénétique. Il faut aussi assouvir l’envie de vert de tous ces bourgeois-bohèmes qui ne jurent, pour pouvoir construire leurs niches douillettes, que par « l’éco-construction » où cette (...)

lire la suite de l'article
PNC : la réforme continue
Le nouveau décret du Parc national des Cévennes a été publié au journal officiel le 31 décembre 2009. Il prévoit notamment un agrandissement de la zone périphérique dans les secteurs de châtaigneraies au sud-est et dans les gorges du Tarn et de la Jonte à l’ouest ; et de la zone centrale (dite « zone cœur ») dans les communes des gorges de la Jonte, d’Ispagnac, de Quézac et Cubiérettes. Cette réforme du PNC s’inscrit dans la politique de normalisation du territoire visant à transformer les Cévennes en parc éco-touristique entièrement soumis aux intérêts du capitalisme vert. Ceux qui ne veulent pas se plier aux (...)

lire la suite de l'article
La Java Atomique
Quelques pistes de réflexion autour du démantèlement et de la relance du nucléaire
Démantèlment des centrales de Brennilis, de Chooz A, de Superphénix, du réacteur UNGG de Bugey, du Laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique (Lure) d’Orsay, de l’usine de retraitement de Marcoule, d’unités de recherche, de stations de traitement et d’entrepôts de déchets nucléaires du CEA à Fontenay-aux-Roses, de l’accélérateur de particules Saturne de Saclay et de l’unité de conditionnement de déchets nucléaires du site…
Cela s’annonçait comme une bonne nouvelle. Comme si, enfin, l’État et les industriels prenaient le chemin de l’arrêt du nucléaire. Quelques chercheurs pleuraient la perte de (...)

lire la suite de l'article
RSA en colère
À nous les ex RMIstes, parents isolés, handicapés, chômeurs en fin de droit, on nous avait promis une amélioration de notre situation avec l’instauration du RSA. Maintenant il est clair qu’il s’agit surtout de rogner le peu que nous avions. Combien d’entre-nous découvrent qu’ils n’ont plus droit à telle ou telle prestation, qu’il ne pourront plus avoir accès à la CMU ?
Vous avez déjà reçu ou vous allez bientôt recevoir un commandement à payer la taxe d’habitation dont le montant s’élève de 50 à 500 euros suivant les communes où vous résidez. Vous pouvez toujours rêver que ceci n’est dû qu’à une erreur du (...)

lire la suite de l'article
Pour un Carnaval Permanent...
À Montpellier - comme ailleurs -, la politique urbaine de répression de la vie nocturne porte ses fruits : couvre-feux qui tait son nom comme la fermeture du Peyrou le soir, arrêtés anti-mendicité, interdiction de vendre de l’alcool à partir de certaines heurs en centre-ville, patrouilles et contrôles systématiques en dehors des heures et quartiers autorisés...
Le carnaval, qui existe en dehors de toute organisation institutionnelle, reste une bonne occasion de se réapproprier la rue, de faire la fête et de mettre un peu de dawa dans cette ville de mort aseptisée.
Cette année, malgré un quadrillage (...)

lire la suite de l'article
On arrête pas le progrès :
Base-élèves, un fichage national dès 3 ans :
Créé et mis en place en 2004 dans un département pilote, généralisé en 2007, le fichier Base-élèves concerne les enfants scolarisés du premier cycle (maternelle dès 3 ans et primaire).
Officiellement, il a pour objectifs d’aider les directeurs à gérer les élèves, de permettre le partage des données en temps réel entre mairies et écoles, d’assurer un suivi des élèves, de faciliter l’échange d’informations entre inspecteurs de circonscription et inspecteurs d’académie.
Chaque élève se voit attribuer un numéro appelé INE, identifiant national de l’élève. Sous ce numéro apparaît l’état civil, identification du (...)

lire la suite de l'article
Sales gosses !
Quelques extraits de la brochure Même pas sage... même pas mal !
« On les appelle enfants. Quand enfant devient trop ridicule, on parle des adolescents. La loi dit les mineurs. Des mots pour créer une séparation en fonction de l’âge. Des mots qui masquent et justifient l’oppression. »
Yves Le Bonniec & Claude Guillon, Ni vieux ni maîtres.
Guide à l’usage des 10/18 ans.
« Policiers, hommes politiques, experts, psychologues se bousculent : projet de fichage dès la petite enfance, pénalisation des « incivilités », défiance au nom de la « sécurité », mise au travail, prisons pour mineurs, harcèlements policiers, confinement à domicile, interdictions multiples, surveillance... (...)

lire la suite de l'article
Bornes to be wild
Le 22 septembre 2008, dans la cantine du collège de Lédignan (Gard), un appareil de reconnaissance biométrique du contour de la main est mis en place. La biométrie consiste à utiliser la mesure de parties du corps (iris de l’œil, empreintes digitales, contour de la main, du visage...) ou de comportements (démarche, manière de signer...), pour identifier une personne. Ces parties du corps, réputées uniques pour chaque individu, sont numérisées, puis enregistrées dans des bases de données, et réactivées à chaque fois qu’il faut s’identifier. Depuis la fin des années 90, sous la pression de lobbys industriels (...)

lire la suite de l'article
Extrait du livre Les invisibles
Nanni Balestrini, 1992, éditions P.O.L
Titre original : Gli invisibili, première éd.1987
à l’école depuis qu’on avait chassé Mâtin le directeur était parti et les profs eux étaient bien obligés de s’adapter car ils n’avaient plus le pouvoir nous on avait obtenu les AG on avait tout obtenu plus d’interrogations et plus d’inscriptions plus de registres plus de renvois plus de billets d’absence etc. l’école avait éclaté en peu de temps elle était devenue une école ouverte des gens de toutes sortes y venaient des copains et des élèves d’autres écoles des ouvriers qui n’allaient pas travailler des chômeurs qui (...)

lire la suite de l'article
Alès, ville couleur gyrophares
« Le lien entre prévention de la délinquance et politique de l’habitat doit être renforcé à travers notamment le développement de l’expertise en termes de sécurité des projets de rénovation urbaine. »
Convention-cadre du Contrat urbain de cohésion sociale de l’agglomération d’Alès 2007-2009
Après 10 ans d’existence pour la communauté d’agglomération, l’aménagement du Grand Alès poursuit son cours. La vieille ville doit se refaire un look aux impératifs du développement durable, et moderniser son emprise sur les habitants. « Voies vertes », « Alès plage », « éco-quartier »... émergent pour les uns ; architecture (...)

lire la suite de l'article
Relaxe à Marseille, Pour refus de fichage ADN
Vendredi 19 mars, 8 heures 30 du mat’... Une trentaine de personnes prennent le pt’it déj’ devant le tribunal de grande instance de Marseille, à l’ombre d’une banderole : « Crachons notre HAINE pas notre ADN ! » Au menu : café, madeleines, tracts et brochures sur le refus de fichage ADN.
En général, c’est pas pour rien qu’on se pointe au petit matin devant un tribunal. Ce coup-ci, c’est pour soutenir trois personnes qui passent en procès pour « refus de se soumettre à un prélèvement ADN ».
Trois condés surveillent vaguement la porte d’entrée du « palais ». À l’intérieur, dans la 8ème chambre (...)

lire la suite de l'article
S’opposer au fichage ADN... et au monde qui va avec !
Le texte qui suit a été diffusé le 5 mars à l’occasion du procès de Benjamin, à nouveau convoqué devant le tribunal pour refus de prélèvement ADN. Benjamin a été relaxé à la demande du procureur lui-même qui s’est basé pour ce faire sur un arrêt récent de la cour de cassation : selon l’article R53-21 du code de procédure pénale, le prélèvement ADN des personnes condamnées doit être effectué dans un délai d’un an après l’exécution de leur condamnation. Passé ce délai, le délit de refus de prélèvement devient « non punissable ».
Benjamin, suite à une condamnation pour fauchage OGM, a écopé d’une peine de 500 euros (...)

lire la suite de l'article
Kaliméro sous le soleil, c’est quoi au zuste ?
Parce que le quotidien de ceux qui ne possèdent rien ou pas grand-chose consiste à survivre dans un monde où s’intensifient contrôle, exploitation et répression. Parce que, souvent, les griffes de la justice se referment sur ceux qui luttent contre ce monde capitaliste...
Plutôt que de rester isolés face à la police, aux tribunaux et au monde carcéral, il est nécessaire de développer des solidarités entre ceux qui sont confrontés aux offensives du système pénal.
Le collectif Kaliméro sous le soleil se propose d’aider financièrement les inculpés (envois de mandats mensuels aux prisonniers, prise en (...)

lire la suite de l'article
Fiche le camp !
Expulsion de la « jungle » à Calais, « débat sur l’identité nationale », durcissement en France et en Europe des législations encadrant les migrations, prisons pour étrangers de plus en plus grandes et de plus en plus remplies aux portes de l’Europe...Partout, des machines à expulser de mieux en mieux huilées, des nouveaux gardes pour protéger les frontières de la vielle « forteresse » (les fameux RABITS de l’agence FRONTEX), une coopération entre polices et un fichage informatique des migrants de plus en plus performants... Sans compter le paquet de thune hallucinant (cinq milliards 866 millions d’euros) (...)

lire la suite de l'article
Beau comme des CRA qui crament !
En juin 2008, la prison pour sans-papiers de Vincennes brûle entièrement. Les « retenus » y mettent le feu lors d’une révolte collective après plusieurs mois de lutte à l’intérieur. La plupart d’entre eux obtiennent ainsi leur libération par manque de place. Un centre de rétention en moins, c’est concrètement moins de rafles et d’expulsions dans les mois qui suivent.
Dix personnes sont alors inculpées pour cet incendie. Elles ont déjà fait entre 6 mois et un an de prison lorsqu’elles sont jugées le 17 mars 2010. La justice, en bon serviteur de l’État, a suivi les réquisitions du procureur Gilbert Flam. Il (...)

lire la suite de l'article
Manifestation à Marseille, en solidarité aux inculpés de Vincennes
Il y a quelques jours on a foutu un peu le bordel, de la place Cadenat jusqu’à la prison pour sans-papiers du Canet, derrière une banderole pour la destruction des centres de rétention. Il y avait du son et des slogans (« de l’air, de l’air, brûlons les frontières », ...), vous les avez peut-être entendus. Des tags (« feu à toutes les prisons », ...) et des affiches, vous les avez peut-être vues. Ça a provoqué un petit embouteillage, vous avez peut-être été coincés dedans. Certains ont crié ou klaxonné en solidarité. Ça s’est fini au Canet avec un feu d’artifice.
Cette balade était une façon d’exprimer un soutien (...)

lire la suite de l'article
Bulletins radiophoniques
Les versions audio du Bulletin de contre-info en Cévennes sont diffusées sur les ondes les premiers lundis de chaque mois à 22h30 et rediffusées les derniers samedis à 19h30 sur Radio escapades, 104.1 à St Hippolyte du Fort et ses environs et 103.3 sur Le Vigan, Ganges, Sauve, Quissac, et jusqu’à Nîmes et Montpellier, ainsi que sur le net radioescapades.org.
Ces émissions sont composées de lectures de textes se trouvant dans le bulletin, pas forcement dans leur intégralité et souvent agrémentés d’interviews et de sons divers. Les textes lus sont choisis dans différents numéros et regroupés afin de faire (...)

lire la suite de l'article
Agenda
Samedi 3 avril, 14h, au Cantou, place de la Mairie du Vigan : rendez-vous public « RSA en colère ».
Dimanche 4 avril, midi, au Transfo, Ganges : cantine, couscous en soutien au studio d’enregistrement du Transfo.
Mardi 6 avril, 20h, au Transfo : projection Une part du ciel, film de Bénédicte Liénard (2002).
Lundi 12 avril, 19h, à La Baraka, Ste-Croix-VF : réunion publique « À propos d’habiter... ».
Vendredi 16 avril, 20h, à la Borie, près de St-Jean-du-Gard : ciné-club Let’s make money (documentaire sur la banqueroute et ses conséquences).
Dimanche 18 avril, 15h, bar Chez Proust (« La Zone »), Florac : réunion (...)

lire la suite de l'article