Accueil du siteles bulletinsbulletin n°8 |     Plan du site                                                                 |contact|

Appel pour une coordination des chomeurs et précaires à montpellier
Adresse aux chômeurs, rmistes, salariés, étudiants, lycéens, collégiens, sans-papiers, SDF, retraités et handicapés...

Une coordination de chômeurs et précaires est en train de se créer sur Montpellier. Elle s’adresse à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, en ont marre des pressions administratives, bancaires, patronales, ou parentales.
Elle s’adresse plus particulièrement à tous ceux qui veulent rompre avec la logique de l’emploi salarié, ou dans d’autres termes, avec l’exploitation capitaliste.

En ce sens, cette coordination n’a pas pour vocation de lutter contre les licenciements ou pour la préservation de l’emploi. Même si, bien sûr, elle est partie prenante de tout ce qui peut contribuer à améliorer nos conditions de vie financières. Puisqu’au fond, d’après ce qu’en disent les journaux, les partis et les syndicats, il ne s’agirait que d’augmenter son pouvoir d’achat..., alors que la vie, la vie employée, consommée, exploitée, c’est la dépossession ! la mort ! la mort de l’homme ! et de tout ce qui l’entoure.

Produit de ce monstre salarial, les chômeurs et les rmistes sont de plus en plus contrôlés et contraints par les agents de l’état (à la CAF, au CCAS, à l’ANPE, au Conseil Général et dans ses agences d’expertise agréées). Même si, parmi ces fonctionnaires, certains ont déjà réalisé des grèves pour dénoncer par exemple le « flicage » des chômeurs (des solidarités semblent donc possibles).
En attendant, les contrôles CAF et les radiations d’allocations chômage, RMI, logement ou familiale se multiplient. « Trop perçu », absence au rendez-vous, refus d’accepter les formations ou les emplois proposés, retard dans le contrat d’insertion professionnelle ou projet ne correspondant pas au principe de rentabilité de la CLI (Commission Locale d’Insertion : organe du Conseil Général dont dépend l’attribution des allocations RMI)..., sont, pour ces administrations punitives, autant de motifs justifiant la suppression du peu d’allocations qui nous est accordé.

Face à cette machine bureaucratique, trop souvent, nous nous retrouvons dans l’isolement. En conséquence, une Coordination des Chômeurs et Précaires à Montpellier (CCPM) permettrait d’organiser des actions pour lutter contre les suppressions d’allocations, contre le flicage des familles, des chômeurs, des rmistes, des étudiants..., contre les réinsertions professionnelles et le travail imposé, contre les expulsions de logement...
Ceci dit, nous savons pertinemment que certains, de par le statut que leur assigne l’état, ne peuvent même pas bénéficier de la moindre allocation. Nous pensons particulièrement à des jeunes de moins de 25 ans et aux sans-papiers. Il s’agira donc, là aussi, de trouver des solutions.

Enfin, même si nous, qui sommes à l’initiative du CCPM, ne sommes pas des partisans de l’emploi salarié (ou clandestin), nous n’entendons pas ériger une muraille de Chine avec ceux qui travaillent sous cette forme (d’ailleurs, qui n’a jamais travaillé  ?...). Nous savons pertinemment que certains salariés ne peuvent pas quitter leur boulot du jour au lendemain du fait de trop lourdes contraintes financières, des enfants qu’il faut nourrir et habiller, du logement qu’il faut payer, des impôts, ou des prêts bancaires à rembourser... Mais là encore, il s’agira de trouver des solutions, de s’informer, de réfléchir, d’agir, de subvertir...

contact : ccpmontpellier@yahoo.fr