Accueil du siteles bulletinsbulletin n°8 |     Plan du site                                                                 |contact|

Le RSA arrive...
Un peu de vaseline ?

Pour nous faire passer la pilule du Revenu de Solidarité Active (il entre en vigueur le 1er juin 2009), notre cher président qui se préoccupe de la pauvreté en France, nous offre une prime de solidarité active de 200 euros, accompagnée d’une lettre explicative présentant le RSA comme un progrès social. Pourtant, concrètement, ça ne n’est pas le cas.
D’abord le RSA c’est la refonte des minimas sociaux (RMI, API,...), et la centralisation des fichiers auparavant éclatés entre plusieurs administrations. Tout le monde sera fiché dans le I.RSA qui permettra un meilleur suivi et un suivi en temps réel. Traduire « suivi » par « flicage ».
Évidemment, les bénéficiaires vont subir une pression plus forte concernant leur recherche d’emploi. Les parents isolés, par exemple, jusque-là épargnés, vont se retrouver à bosser pour 100 ou 200 euros de plus que leur allocs en devant payer des gardes d’enfants et des frais de transport : quel progrès !
Le dispositif s’accompagne aussi de quelques économies de bouts de chandelle :
– la CMU complémentaire automatique, c’est fini ;
– l’exonération de la redevance audiovisuelle, c’est fini ;
– l’exonération de la taxe d’habitation, c’est fini ;
– les différentes aides d’urgence et autres dépannages ponctuels, terminé.
Il semble donc qu’il s’agit plutôt de réaliser des économies sur notre dos et de précariser les allocataires pour les encourager à accepter n’importe quel taf dans n’importe quelle condition.
En cette période de chômage massif et grandissant, il s’agit probablement, à travers les allocataires, de mettre les salariés sous pression et de continuer l’entreprise de destruction du droit du travail et des acquis (plus pour longtemps) sociaux.

Voilà pour les grandes lignes, mais un examen plus approfondi du dispositif nous réservera sûrement quelques autres mauvaises surprises. La suite au prochain numéro...