Accueil du siteles bulletinsbulletin n°7 |     Plan du site                                                                 |contact|

Chronologie du quart de siècle dernier à la Borie
1980 : Projet de barrage à la Borie. La vallée du Gardonnenque sera noyée sur 9 km pour irriguer 6000 ha entre Alès et Nîmes !
1985 : Le Conseil Général du Gard vote la construction du barrage.
2 fév. 87 : La Compagnie Bas Rhône Languedoc devient maître d’œuvre du chantier et signe une concession trentenaire avec les propriétaires.
3 fév. 88 et 10 janv. 1989  : le Conseil Général rachète le domaine de 32 hectares (dont 7 sur la rive gauche).
23 juil. 89 : Début de l’occupation de la Borie. Campement. Première manifestation : 2500 personnes.
22 oct 89 : Blocage de la RN 106 par les opposants au barrage.
18 déc. 89 : Manifestation à Nîmes.
Mars 90 : Plantation de 45 arbres fruitiers.
14 mai 90 : Deux bulldozers arrivent à la Borie pour raser les bâtiments et commencer les travaux. Ils sont incendiés par les opposants.
5 juil. 90 : Le juge des référés ordonne l’expulsion des occupants, qui font appel.
1991 : Les préfets du Gard et de la Lozère prolongent la Déclaration d’Utilité Publique malgré les nombreuses oppositions au projet.
20 mars1992 : le conseil d’Etat finit par annuler la DUP. La lutte n’aura pas été vaine !
Nov. 96 : Lulu Affortit, un notabliau qui s’est médiatiquement mis sur le devant de la scène au cours de la lutte d’opposition au barrage, maire et conseiller général de St-jean-du-Gard, décrète que la gestion du domaine sera confiée à un projet environnemental.
1997 : l’Association pour la Faisabilité d’un Projet Environnement (AFPE) sur le site de la Borie voit le jour et rédige une charte. En avril, H.H et B.J sont désignés maîtres d’œuvres par le pouvoir local et l’association. Ils aménageront sur le lieu en septembre. En mai, expulsion des occupants de la Borie Basse.
30 avril 1998 : Le projet de barrage est officiellement abandonné.
18 mars 1999 : La Cie BRL signe une convention de mise à disposition du site à la commune de St-Jean qui en confie la gestion à l’AFPE.
2002 : Nouvelle tentative d’expulsion et pressions multiples sur M. et M., derniers des occupants installés suite à lutte contre le barrage (en 99, l’AFPE tente en vain de leur faire signer une « convention d’occupation précaire » pour qu’ils cèdent une partie de leur maison et collaborent avec elle).
16 mars 2003 : le Conseil Général adresse une lettre d’offre de rachat aux anciens propriétaires. Une opposition à cette revente se manifeste et utilise la machine judiciaire pour tenter de se faire entendre.
Juillet 2004 : Le maire de St-Jean-du-Gard décrète par arrêté municipal que la commune annexe le domaine.
15 décembre 2004 : Vote d’une DUP pour un projet d’Ecosite à la Borie.
1er août 2005 : Arrivée de D. et ses enfants, contactée par l’AFPE pour s’installer avec un projet d’apiculture sur le domaine. Elle sera bientôt rejointe par P. Malgré les pressions et harcèlement exercés par ceux qui les ont fait venir et veulent les voir partir, ils décideront de rester sur le lieu pour y vivre et y travailler.
Mars 2006 : L’AFPE, pour pouvoir brasser plus d’argent devient société : la SCIC-SA Ecosite de la Borie, société coopérative à capital variable et cherche dès lors des souscripteurs. Elle est définie comme productrice de biens et services.
Septembre 2006 : H. et B. déménagent de la Borie mais gardent une partie du contrôle sur ce qui s’y passe.
4 février 2008 : D. et P. lancent leur activité apicole avec 200 ruches.
12 avril 2008 : A l’appel du Collectif en Cévennes, ouverture d’un jardin autogéré à la Borie pour l’autosuffisance alimentaire (et la préservation de variétés anciennes).
27 mai 2008 : Réunion sur l’avenir de la Borie à laquelle sont invités élus et représentants de la Scic qui ne daignent pas venir. Constitution d’un collectif informel de “ réanimation de la Borie ” qui rassemble habitants, usagers, voisins et personnes souhaitant faire naître de nouvelles initiatives sur le lieu.
Juin 2008 : Le Conseil Général revend le domaine à la municipalité de St-Jean-du-Gard qui a le projet d’en donner et la gestion à la SCIC Ecosite (signature d’un bail) et la maîtrise d’œuvre des chantiers sur le bâti à la communauté d’agglomération du Grand Alès, après avoir fait vidé les lieux...
Mi-juillet 2008 : Des personnes du jardin collectif installent un campement à la Borie où ils sont rejoints par les expulsés du Prat del Ronc le 22 juillet. Malgré quelques pressions, le lieu de vie restera en place jusqu’à la fin août.
23 juil. 2008 : Un arrêté municipal, signé par Michel Anthérieu, nouveau maire de St-Jean, interdit le camping à la Borie.
Du 12 au 20 août 2008 : Chantier autonome de construction d’une yourte à usage collectif.
12 septembre 2008 : inauguration de la yourte et mise en place d’activités : projections, ateliers, réunions, soirée diaporama, soirée discussion sur la lutte contre le barrage...
A partir de janvier 2009 : ateliers et projections toutes les semaines sous la yourte.