Accueil du siteles bulletinsbulletin n°5 |     Plan du site                                                                 |contact|

Pour que La Borie redevienne un espace collectif

Petit rappel historique

Ce terrain s’étalant sur plusieurs hectares en bord de gardon et comprenant plusieurs maisons était voué, par décision bureaucratique, à finir noyé après la construction d’un barrage.
Les propriétaires furent donc expropriés par l’Etat.
La forte mobilisation et la détermination d’une bonne partie de la population locale a réussi à empêcher la construction du barrage.
Occupée pendant la lutte, occupée par la suite, la Borie a finalement été reprise en main par l’AFPE la Borie (association pour l’étude de faisabilité d’un projet d’écosite à la Borie) regroupant une partie des opposants au barrage et divers associatifs.
Cette association, contrôlée par trois individus aux dents longues s’abritant derrière l’écologie, a obtenu la gestion du site en accord avec le conseil général, alors propriétaire, et la mairie de St-Jean du Gard. L’essentiel de son activité fut le montage de projets subventionnés, mis en œuvre par de la main d’œuvre subventionnée, le tout à des fins d’enrichissement personnel, en veillant à ce qu’il ne se passe rien d’autre sur le site. Allant jusqu’à vouloir faire payer le camping sauvage, vieille tradition depuis les années de lutte. Et expulsant au moyen de multiples pressions ceux qui occupaient encore des bâtiments. Depuis l’AFPE est devenue la SCIC Ecosite de La Borie. Précisons que le statut juridique de la SCIC permet à des entreprises ou à des collectivités territoriales de prendre des parts, et de développer des activités à but lucratif contrairement aux associations loi 1901.
Disons, pour faire court, qu’il s’agit d’un cas patenté d’éco-buisness magouilleur qui récupère le fruit d’une lutte collective. Probablement le résultat d’un essoufflement et d’un manque de perspectives conjuguées à une institutionnalisation, latente au moment de la lutte.

Où ça en est maintenant

Malgré tout, il y a des habitants à La Borie qui n’ont pas voulu rentrer dans le jeu, et ont su résister aux pressions. Hormis la présence et les activités de ces derniers, le site n’est occupé que par un bureau/accueil de la SCIC, et de nombreux espaces bâtis sont à l’abandon tout comme la plupart des terres.

Un collectif s’est donc formé pour revenir aux sources et renouer avec l’esprit de lutte et d’activités collectives. Un jardin collectif existe depuis le mois d’avril qui ne demande qu’à être développé.
Une yourte est montée depuis peu. Elle sert à organiser et développer les différentes activités.
C’est aussi un point de rencontre et de discussions. Il y est prévu des projections, suivies de débats, des discussions autour de textes, des échanges de savoir et des ateliers pratiques.
C’est un espace non marchand ; toute activité s’y déroulant est gratuite et ouverte à toute personne intéressée. Il est géré collectivement et directement par celles et ceux qui s’y activent.(voir l’agenda du bulletin pour les prochains rendez-vous).

A noter que la mairie de St-Jean du Gard, nouvellement propriétaire du lieu, s’est fendue d’un arrêté interdisant le camping depuis le 23 Juillet 2008. Selon la police municipale, la yourte tombe sous le coup de cet arrêté et doit être démontée. Outre l’inanité de cet arrêté en général, il devient franchement ridicule dans le cas présent.

Faisons ensemble que La Borie profite à tous et non plus à quelques uns.

collectifencevennes@no-log.org