Accueil du siteles bulletinsbulletin n°5 |     Plan du site                                                                 |contact|

Une association contre la vie chère, à Ganges  ?!!!
La constitution d’une association de fait contre la vie chère aurait le modeste mérite de poser les possibles bases d’une remise en question frontale de l’économie, au niveau local. Son existence serait déjà la preuve, pour les habitants de cette ville, qu’il est possible de porter le problème de la vie chère sur la place publique et de sortir de l’individualisation de notre rapport à l’économie. D’ailleurs, la popularité du problème est déjà en grande partie assurée par l’expansion endémique et irrésistible de l’insécurité économique  ; insécurité qui prive dorénavant de leurs postes de dépenses en loisirs vulgaires (colonialisme touristique et sauvage dans les pays pauvres, consommation de gadgets et de produits culturels débilitants) les couches sociales moyennes traditionnellement préservées. Ne manque plus qu’une action collective à hauteur de l’enjeu qu’il recouvre. Plus personne ne croit en une amélioration prochaine de la survie. Et il semble encore moins possible de survivre à la survie elle-même aux yeux des plus lucides, tant l’existence subordonnée à l’économie atrophie les sens et conditionne le désir. Plus le chantage à la pénurie prend de la graine, plus l’existence elle-même n’est plus qu’une suite d’opérations comptables. Nous voulons sortir de cette condition honteuse. A travers l’augmentation des produits de premières nécessités, gas-oil, fruits, légumes, fournitures scolaires, mais aussi des rackets sur l’eau, sur l’habitat, les loyers toujours plus élevés, on assiste à l’enflure d’un monde rural de plus en plus avare de ses possibles, et qui consacre sans broncher l’omnipotence des maquignons et des combinards. Mais, bien avant de devenir un argument commercial, rappelons au passage que le slogan « guerre à la vie chère » loin d’être une revendication en faveur du mythique pouvoir d’achat était l’expression prolétaire d’un refus du racket capitaliste. Contre des conditions de survie toujours plus dégradantes et avilissantes, il est encore temps d’agir.