Accueil du siteles bulletinsbulletin n°11 |     Plan du site                                                                 |contact|

Yallah, yallah  ! Fissa, fissa  !

Libye, Jordanie, Maroc, Algérie, Bahreïn, Mauritanie, Irak, Iran, Soudan, Yémen, Djibouti, Tunisie, Égypte, Syrie… mais aussi en Grande-Bretagne et en Grèce (manifestations contre l’austérité tournant à l’émeute dans plusieurs villes) ou au Burkina‑Faso (émeutes pendant des semaines dans plusieurs villes du pays pour protester contre l’assassinat d’un collégien par la police)…  : la révolte gronde de par le monde. Comme d’habitude, certes, mais d’une manière assez exceptionnelle ces derniers mois… Aveugle et borné est celui qui n’en prend pas acte.

Même si les journalistes tentent de faire croire que les millions de personnes qui descendent dans les rues du monde entier réclament unanimement plus de droits, un simple changement de régime, ou je ne sais quelle prison avec des barreaux dorés… ne soyons pas dupes  ! Le point de départ de ces révoltes c’est d’abord et avant tout des conditions de misère dans un système où plus que jamais les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Il est certes plus évident pour les journaflics de parler de la «  révolution Facebook®  » et des protestations des pharmaciens et avocats que des émeutes de chômeurs rongés par la faim ou des grèves de mineurs. Il est aussi certain que la bourgeoisie s’organise pour que tout redevienne au plus vite dans l’ordre en propageant l’illusion démocrate. Mais ne nous y méprenons pas  ! La réalité de la révolte est celle liée à des conditions de vie de plus en plus dures pour la majorité de la population (la «  mal-vie  » comme disent les chômeurs Algériens) alors que disparaît l’espoir de «  l’ascension sociale  » auquel ils nous faisaient rêver. Le capitalisme se restructure pour perdurer, la misère s’accroît partout sur la planète. Les populations européennes n’en seront pas indemnes…

Président, Roi, Guide de la Révolution, Sultan, Premier ministre, Colonel… Démocratie ou dictature… Partout sur la planète, le pouvoir est le même. Qu’il partage plus ou moins avec ses homologues bourgeois, qu’il caresse les vaches au Salon de l’agriculture ou mitraille le peuple, le pouvoir sert ses intérêts et ceux de l’économie. Qu’il se serve des armes pour mater les soulèvements (parfois sous prétexte d’encourager la «  transition  ») ou qu’il les vende à d’autres États (Espagne, Italie, Russie, France… ont, par exemple, récemment vendu des armes à la Libye de Khadafi)  : partout, tout le temps, le pouvoir est un pouvoir assassin.

La police libyenne, la police tunisienne, la police burkinabée, la police yéménite, la police chinoise… sont des polices semblables ou identiques à toutes les polices de par le monde. Qui plus est, elles sont souvent équipées et entraînées par nos bonnes vieilles polices européennes… Partout dans le monde, le rôle d’un flic c’est de surveiller, enfermer et tuer.

Face au constat d’un système qui nous écrase tous et qui dépasse les frontières, rentrons dans la partie, affirmons notre solidarité en actes. Battons en brèche la contre-révolution démocrate en cours. Grèves et manifestations, prisonniers libérés, banques vandalisées, magasins pillés, commissariats, tribunaux et autres bâtiments officiels incendiés… Ce vent de révolte peut se propager partout sur le globe  !

Bien sûr, il est sans doute bien plus confortable de penser que tout ceci ne nous concerne pas. Qu’il s’agit d’un évènement qui ne changera rien à notre quotidien (méfiez-vous  : le cours du pétrole augmente…), que cela se passe trop loin, que les conditions de vie ne sont pas les mêmes… On peut aussi se persuader que ce n’est pas assez bien, qu’au mieux un régime en remplacera un autre, que «  les gens  » ne se battent que pour quelques miettes, que leurs revendications sont forcément insuffisantes… Bref, penser que tous ceux qui se battent «  ailleurs  » réfléchissent et agissent tous de manière identique, poursuivent les mêmes buts et défendent les mêmes intérêts… Comme si l’Histoire était déjà écrite…

Mars 2011

Parce que nous souhaitons aller plus loin dans la réflexion autour des évènements qui se déroulent au Maghreb, au Machrek et ailleurs, nous cherchons à rassembler des témoignages, prises de positions et analyses sur les luttes passées et en cours. Une discussion sur le sujet est prévue début juin (précisions à venir sur ce site). Faites nous part de vos contributions, traductions, etc. Ecrire à contreinfo7-at-riseup.net