Accueil du siteles bulletinsbulletin n°10 |     Plan du site                                                                 |contact|

Compte-rendu et remarques sur la promenade du 11 novembre 2009 dans le bois des Avenières

Nous avons proposé, le 11 novembre dernier, une promenade dans le bois des Avenières qui nous sera prochainement interdit d’accès. Il ne s’agissait pas pour nous de promener ou de conduire ceux qui avaient pris la peine de venir ce jour-là, comme c’est souvent le cas lors de manifestations. Nous voulions simplement que chacun pût se promener librement dans le bois des Avenières ou encore le découvrir. Nous espérions que des rencontres se produisent, que des discussions jaillissent, qu’une réflexion se crée et que des liens se nouent pour donner un nouvel élan à la contestation. Nous espérions aussi que ces rencontres laissent à chacun le moyen de donner son avis sur ce qu’il est encore possible de faire. Nous nous étions dit que si cela ne se produisait pas, alors cette promenade aurait quand même permis à chacun de garder en mémoire ce que le bois des Avenières était et est malheureusement déjà devenu avant qu’il ne disparaisse derrière la clôture et ne devienne cette ville privée et payante que la société Pierre et Vacances va créer à son bénéfice.
Nous nous sommes retrouvés une quarantaine de promeneurs du côté de La Perrache. Nous avons appris par la suite qu’une trentaine d’autres s’étaient retrouvés ailleurs, du côté de l’étang de Dionay. Nous ne nous étions pas suffisamment méfiés quant à la difficulté d’un point de rencontre précis, dans un bois de cette taille, malgré tout les deux promenades ont chacune eu le même intérêt et nous nous sommes tout de même, en partie retrouvés ensuite, pouvant donc faire la liaison entre les promeneurs des deux sites.
Du côté de La Perrache, nous nous sommes promenés. Sans vraiment réfléchir, nous avons suivi le chemin carrossable du bois jusqu’au mirador. Un peu plus loin, des promeneurs ont fait tomber quelques panneaux qui avaient été montés par Pierre & Vacances pour présenter un bungalow aux investisseurs lors d’une visite sur le site qui leur était consacrée. Durant cette promenade quelques discussions ont eu lieu et des relations se sont engagées entre les promeneurs de la Perrache, mais aussi avec ceux de l’étang de Dionay.
Lorsque nous avons proposé cette promenade, on nous a demandé à plusieurs reprises d’inviter les médias et la télévision régionale afin de faire la publicité de la protestation. La question s’est posée aussi parmi nous. Même si nous avons envoyé à certains journalistes et à des médias locaux, notamment sur Internet, notre invitation à la promenade, nous sommes plutôt de nature méfiante quant à l’utilisation des médias pour rapporter publiquement notre contestation. Nous pensons qu’il est préférable de compter sur nos propres forces pour porter notre critique publiquement et qu’il n’était pas nécessaire de retransmettre cette promenade qui devait avant tout nous permettre de faire connaître le territoire concerné, de rencontrer celles et ceux qui auraient voulu comme nous, s’opposer à la construction de ce Center Parcs et de discuter sur ce que nous pouvons encore envisager contre ce projet déjà bien avancé.
À la proposition qui nous a été faite de créer un comité pour combattre l’installation du Center Parcs, nous avons répondu que nous n’étions pas contre cette constitution et le fait d’y participer, tout en y maintenant les positions qui nous ont fait, à l’origine, nous rencontrer et commencer il y a maintenant plus d’un an, notre travail d’analyse, de critique et d’information.
Les quelques opposants à Center Parcs se sont retrouvés sur des positions communes contre le projet de construction du Center Parcs à Roybon. Ces positions sont celles que vous retrouverez dans “ Les raisons de notre opposition au projet du Center Parcs ” : Nous sommes contre la construction de cette nouvelle ville (privée et fermée) dans les Chambarans et condamnons ce projet, mais aussi ceux qui veulent seulement gérer « au moins mal » les nuisances qu’il occasionnerait, notamment en l’habillant de pseudo-contraintes environnementales, pour le plus grand avantage de Pierre & Vacances qui les a déjà mises en avant ; cet aspect « écolo » étant son principal argument commercial, longuement étalé dans ses publications et publicités. Nous sommes plus généralement contre le tourisme qui détourne la promenade, le voyage et la découverte en valeurs marchandes consommables et dévoreuses de territoires.
Nous tenons, toutefois, à vous préciser que nous pensons que ce projet aboutira. Nos forces et nos moyens sont bien inférieurs à ceux de nos adversaires, d’autant plus que nous ne pouvons pas compter pour l’instant sur une opposition locale conséquente qui puisse peser dans cette lutte. Malgré tout nous voulons rendre la tâche des promoteurs moins facile qu’ils ne l’ont eue précédemment. Nous tenons aussi à relever sans ambiguïté les capacités de destruction écologiques, sociales et humaines du tourisme y compris lorsqu’il est opportunément repeint en vert afin de relancer un capitalisme dans sa crise sans fin, qui voit dans cette économie verte naissante une nouvelle et peut-être dernière façon de le sauver. Nous nous attacherons surtout à rendre notre analyse et notre critique du projet et du monde qui l’a produit publiques dans la région concernée, par des affichages, des distributions de textes dans les boîtes aux lettres ou sur les marchés. Contrairement à ce que notre époque nous suggère, nous n’avons aucune alternative à proposer. Nous désirons seulement que le bois des Avenières reste ce qu’il a été durant toute son histoire : une forêt. Ce projet est révélateur du monde dans lequel nous vivons qui nous prépare un futur où la foule des humains atomisés sera toujours occupée à produire de l’insignifiant et à exploiter et détruire encore des métiers, des modes de vie et de pensée et des paysages. Contre cette « fatalité » et l’effondrement social, politique et environ-nemental, il est nécessaire aussi de commencer à réfléchir sur ce qu’il est possible de faire pour sortir de l’économie marchande et de l’obligation qui nous est faite de ne pas penser nos vies autrement.
S’opposer à Center Parcs, c’est aussi cela.

Quelques opposants à Center Parcs (QoCP)