Accueil du siteles bulletinsbulletin n°10 |     Plan du site                                                                 |contact|

PNC : la réforme continue

Le nouveau décret du Parc national des Cévennes a été publié au journal officiel le 31 décembre 2009. Il prévoit notamment un agrandissement de la zone périphérique dans les secteurs de châtaigneraies au sud-est et dans les gorges du Tarn et de la Jonte à l’ouest ; et de la zone centrale (dite « zone cœur ») dans les communes des gorges de la Jonte, d’Ispagnac, de Quézac et Cubiérettes. Cette réforme du PNC s’inscrit dans la politique de normalisation du territoire visant à transformer les Cévennes en parc éco-touristique entièrement soumis aux intérêts du capitalisme vert. Ceux qui ne veulent pas se plier aux règles de cette vitrine du développement durable n’auront qu’à bien se tenir ou aller voir ailleurs (voir le texte « PNC mon amour », paru dans le BCIC n°5).
Les critiques du projet qui se sont faites entendre au cours de l’été 2008, et dont le point d’orgue fut la manifestation du 12 août devant le siège du PNC à Florac, ont débouché sur une série de concertations entre élus et acteurs du Parc. Elle se sont logiquement trouvées réduites à des revendications partielles en vue de réaliser quelques aménagements du décret. Les élus locaux ont obtenu, entre autres, un renforcement de leur autorité dans le conseil d’administration du PNC... Peu importe la fonction, les notables restent au pouvoir.
Il semblerait que tout se passe comme prévu pour le projet de réforme du PNC, et qu’il en sera ainsi tant que la lutte restera parcellaire. Pour contrer ce qu’ils sont en train de préparer, il faut se donner les moyens de se rencontrer et d’élaborer des objectifs et des critiques permettant d’attaquer dans son ensemble la logique du développement, dont la réforme du PNC n’est qu’une étape parmi d’autres.
Le conseil d’administration lancera bientôt la concertation pour élaborer en 2010 et 2011 la charte du Parc national (suite logique de la publication du décret). Ce document, arrêté par le conseil d’administration, définira la politique du Parc national pour les quinze prochaines années.

À bon entendeur, salut !