Accueil du siteles bulletinsbulletin n°8 |     Plan du site                                                                 |contact|

Note de lecture - Abrégé du Capital de Cafiero

« Aussitôt né, le capital éprouve le besoin de prendre de la nourriture pour se développer ; et le capitaliste, qui ne vit désormais que de la vie du capital, se préoccupe avec sollicitude des besoins de cet être, devenu son coeur et son âme, et trouve le moyen de les satisfaire. »
« Mais, qui pense jamais au travailleur ? Si le capitaliste s’occupe de lui, c’est seulement pour étudier le meilleur moyen de l’exploiter. L’ouvrier vend sa force de travail, et le capitaliste l’achète comme l’unique marchandise qui, par sa plus-value, puisse faire naître et croître le capital. »
« Dans le capitalisme, ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production. »
Cafiero s’est proposé d’écrire un Abrégé du Capital de Karl Marx, que James Guillaume, membre de la Fédération Jurassienne de l’AIT avec Bakounine, à traduit en français, mais jamais publié jusqu’à maintenant. Ce texte est essentiel, d’abord parce qu’il nous permet de faire l’économie de la lecture d’un ouvrage pas toujours facile d’accès, Le Capital de Marx, et ensuite parce que Marx lui-même en a reconnu sa qualité, bien que les deux hommes étaient en froid.
Pourquoi lire, ne serait-ce qu’un abrégé du Capital, aujourd’hui ? Parce que ce livre, écrit au xixème siècle, rend compte du monde d’aujourd’hui, qui est le même que celui du xixème siècle, malgré des changements apparents. Dans les régions modernes du monde, qui est capitaliste, ce qu’a décrit Marx pour son temps, reste furieusement actuel. C’est, évidemment, la raison pour laquelle il nous faut prendre connaissance de ce qu’a dit Marx, nous emparer de cette analyse pour en faire une arme contre le monde. Il ne s’agit pas de lire Marx, mais de nous emparer de la théorie de notre époque, pour la retourner contre elle.

éditions du Chien Rouge, 2009